Contact

080 215185

©2019 by ASBL AMIGO NEGRO JOSE.

Historique

Création de l'association


l'ASBL est née d'une rencontre fortuite entre Salmiens épris de musique andine et musiciens boliviens heureux de l'intérêt porté à leur culture et leur folklore. 
En 1992, le hasard joue en faveur de la région défavorisée d'Oruro située dans les hauts plateaux de la Cordillère des Andes en Bolivie.

 


Lors d'un concert à Cherain, l'Abbé Jean-Marie THOMAS, Claudine et Jean-Claude HEYDEN rencontrent le groupe VIENTO. Séduits par la musique et la gentillesse des 6 garçons vêtus de ponchos colorés, ils se lient d'amitié avec ceux-ci et se rencontrent à la moindre occasion. Une grande confiance s'installe : Jaime, Juan, Josue et les autres racontent la misère du peuple bolivien et en particulier celle des enfants des rues. Les 6 jeunes gens appellent à l'aide et Jean-Marie réagit généreusement. Il mobilise les Salmiens, les copains et le groupe des Ménagères Rurales de Salmchâteau. Il organise des collectes à l'église, un souper à Salma Nova, il provoque des réunions. Claudine et Jean-Claude s'impliquent totalement, l'ASBL se crée officiellement grâce à Phillip Van Noppen, un ami de toujours. Jean-Marie en devient le Vice-président et Philipp, le Commissaire aux comptes. Claudine et Jean-claude sont respectivement la Présidente et le Secrétaire.

 

Historique


En mars 1993, les membres d'Amigo Negro Jose se réunissent, l'argent récolté permet l'ouverture d'un centre de santé provisoire. Il faut aller sur place pour organiser le projet. En juillet, Claudine et Jean-Claude s'envolent à leurs frais vers une aventure qui ne s'est plus terminée.


En juin 1993, un dramatique accident de la route enlève leur Vice-président aux membres éplorés de l'association. Jean-Marie devait emmener Claudine et Jean- Claude à l'aéroport quelques semaines plus tard. Son exemple, sa générosité restent l'espoir de ses amis qui font la promesse d'accomplir le projet en son nom.En juillet 1993, Claudine et Jean-Claude inaugurent le premier centre de santé "Padre Jean-Marie Thomas" à Oruro, au coeur de l'Altiplano bolivien. L'asbl dispense soine et médicaments, prend en charge la distribution de pain et de lait aux enfants, paye les salaires des 5 personnes engagées et au fil des mois, la maison de location devient trop petite. Grâce aux dons des amis d'Amigo Negro Jose , les membres décident de construire la Casa de Niños del Padre J.M. Thomas.


En janvier 1994, Remi et Perry partent pour asseoir les fondations de la nouvelle maison sur le terrain acheté par l'ASBL.

 

Les 2 bénévoles travaillent à la pioche, aidés par les habitants du village de Villa Challacollo (4.000 m d'altitude). Chaque année fin septembre, Claudine et Jean-Claude s'envolent pour organiser, peindre et poncer. 
Les charges sont très lourdes car l'ASBL maintient également le premier centre jusqu'à la fin des travaux de construction. 
En février 1998, la maison d'enfants du Padre THOMAS accueille ses petits pensionnaires.

 

Les enfants viennent de la rue ou de la prison d'Oruro, d'une famille déchirée par la misère ou des quartiers chauds de la ville.
Ils sont âgés de 3 mois à 12 ans et se réjouissent de vivre enfin une autre vie.
Ils retrouvent le sourire et la dignité, bénéficient de 3 repas par jour, d'une éducation scolaire, ils apprennent le sens du mot " famille "


Le fonctionnement, l'organisation, les salaires, l'habillement et les soins médicaux sont à charge de l'ASBL .


En 1995, René accompagne Jean-Claude et Claudine en Bolivie

 

 

En 1998, le Directeur des Hautes Ecoles de Libramont a donné le feu vert à Anne et Filo. Les 2 infirmières stagiaires ont accompagné Claudine et Jean-Claude pour installer l'infirmerie et la salle de jeux. Elles ont fait de l'excellent travail. 
En décembre de la même année , Amélie ( soeur de Jean-Marie ) et son fils Guy ont visité la "casa" avec beaucoup d'enthousiasme.

 

 

Depuis lors, le nombre d'enfants de la "Casa" n'a cessé d'augmenter, la maison s'est agrandie, en 2000 et 2001, une nouvelle construction s'est ajoutée, la cour de récréation a été dallée, un petit parc de jeux agrémente les lieux et en janvier 2003 enfin......la "Casa" est raccordée au réseau de la distribution d'eau.

 

 

C'est aussi en 2000 que grâce à Gilberto, Claudine et Jean -Claude rencontrent Silvia, une religieuse de l'ordre "Maria misionera entre los Pobres" Silvia vit à Chipaya parmis les plus démunis et accepte de devenir

l'administratrice bénévole de la casa. une grande amitié nait entre eux

 

 

En 2005, la "grande" maison est encore une fois trop petite, un deuxième étage est construit pour les 35 nouveaux internes, les ateliers et les sanitaires

 


De nouveaux membres se sont joints à la cause. Maïlis et Patricia, Delphine et Damien, Anne et Filo, Clo et Max se sont dévouées sur place pendant plusieurs mois. Ce sont de jolies histoires dont je vous parlerai plus loin