• Claudine

News de la Casa Année 2000



Dans le climat de troubles, d'insécurité et de pauvreté qui révolte la population autochtone, la maison d'enfants " Padre Jean-Marie THOMAS " est un havre de paix et de chaleur humaine. L'ASBL belge est propriétaire des lieux et en assure le bon fonctionnement grâce aux dons de tous ceux qui font confiance au projet.


Jusqu'en octobre 2 000, les responsables boliviens ont fait de l'excellent travail. Le salaire perçu au cours de quelques années de travail rémunéré ont permis à plusieurs d'entre eux de reprendre des études donc ils ne pouvaient plus être présents sur le terrain.

Claudine et Jean-Claude rencontrent Sylvia et Marcella grâce à Hermano Gilberto Pauwels, assesseur belge de l'association, ethnologue Oblat vivant à Oruro.


En cette année 2000, la Bolivie ressemble à une poudrière, la population se soulève et exige le respect de ses droits de plus en plus restreints.Le Gouvernement BANZER réplique aux manifestations par l'instauration de l'Etat de Siège et la répression militaire qui fait des centaines de blessés et une dizaine de morts.Le mur d'enceinte est terminé, Claudine et Jean-Claude ont effectué toutes les formalités d'urgence, payé une partie des frais de l'installation de l'eau courante et réorganisé les responsabilités du personnel bolivien.

Les 2 religieuses d'origine irlandaise et chilienne de la "Comunidad Maria Misionera entre los Pobres" acceptent la responsabilité du projet et dirigent au mieux notre équipe bolivienne. Elles ont su trouver le juste milieu entre l'éducation religieuse, le respect des traditions locales et le développement social des populations déshéritées. Leur longue expérience de la Bolivie est une aide précieuse pour l'ASBL puisque Claudine et Jean-Claude sont obligés de rentrer régulièrement en Belgique. Quelques mois plus tard, Marcela tombe malade et se voit contrainte de retourner au Chili. Il est peu probable qu'elle puisse revenir un jour à Villachallacollo.

Sylvia accepte de gérer entièrement et bénévolement "la Casa de Niños Padre Jean-Marie Thomas" entourée du personnel bolivien

Aujourd'hui, la Bolivie est toujours la même poudrière, le nouveau Président Evo Morales est le premier Président indien de l'état et la Casa continue à vivre des moments heureux.

Les rires, la joie, l'amitié et le bien-être.


Chaque matin à la Casa, c'est le branle-bas de combat ! La toilette et le petit déjeuner sont les premiers gestes de la journée. La plupart des enfants sont en âge scolaire. Selon les horaires boliviens, certains se rendent à l'école le matin, les autres suivent les cours de l'après-midi. C'est pour cette raison que Doña "Tia", la cuisinière toujours joviale et pleine d'entrain organise deux services pour le repas de midi : il y a ceux qui sortent et ceux qui rentrent !!!!!

Les petits de moins de 5 ans sont pris en charge par les éducatrices de la Casa toute la journée.

Les ateliers d'animations sont nombreux. Les enfants choisissent les activités selon leurs préférences et leurs aptitudes.

Les passionnés de l'atelier de dessins ont transformé les murs gris d'adobes en un amusant petit parc d'attractions ; la façade du salon multiple est devenue le conte bien connu des petits et des grands " Blanche Neige et les sept nains", les petits bancs de pierre sont à présent de jolis minibus colorés. Le professeur de dessin a tracé au crayon sur les murs le contour de chacun des personnages. Ensuite, il a laissé beaucoup d'initiatives aux enfants qui ont peint ensemble leurs histoires préférées suivant l'humeur du jour.


La musique est la clef du bonheur en Bolivie, nombreux sont les enfants qui se précipitent chez le "prof". le solfège n'est pas l'atout principal du vrai musicien des Andes qui joue souvent à l'oreille....(façon de le dire bien sûr...)

L'enseignement des danses folkloriques a également bien des adeptes !!!