• Claudine

Noel 2005




Noël à la Casa de Niños

Un peu d'histoire, une belle histoire pour l'année 2005!

Les éléments naturels : Seul Dieu règne en maître au dessus de tout ça ! En revanche, les Indiens adorent le Soleil, la Lune, la Terre... Dans l'Altiplano, les indiens n'ont jamais adhéré à ce christianisme que les conquistadores leur imposaient par la force. Le christianisme est, par essence, contraire aux diverses religions indiennes. Il prêche l'hégémonie de l'homme sur les éléments. Les Indiens et plus particulièrement ceux qui vivent dans les endroits les moins privilégiés, subissent très souvent des sécheresses, des tremblements de terre, des inondations, devant lesquels ils se trouvent complètement démunis. Alors, comment croire à ce Dieu tout-puissant des Espagnols, incapable de dominer la nature ?

Les religions anciennes, la magie ont gardé un impact considérable sur la population la plus soumise aux éléments naturels. La magie en Bolivie est presque le monopole d'une tribu du nord du lac Titicaca, les Kallahuayas. Les guérisseurs sillonnent les campagnes pour vendre très cher un peu d'espoir aux malades.

De tout temps, les esclaves voulaient afficher les idées de leurs maîtres pour éviter les punitions. La religion catholique est donc devenue celle des Indiens.

A peu près 95% des Boliviens se disent catholiques. Cependant, ceux qui participent activement à la vie de l'Eglise sont beaucoup moins nombreux. La pauvreté est un terrain favorable à la croissance des sectes et des superstitions. L'Église peu présente dans les régions rurales assiste au développement d'un christianisme populaire de style andin chez les peuples autochtones. Les Boliviens identifient souvent la Vierge Marie à la Pacha Mama, la Terre-Mère et il est courant que ceux qui se disent catholiques rendent des cultes aux dieux et déesses autochtones.

A la Casa, Sylvia raconte beaucoup d'histoires aux enfants, qu'il s'agisse des légendes indiennes ou des paraboles juives. Les enfants sont intéressés par toutes ces histoires qui les fascinent et laissent le choix de leurs opinions aux plus grands qui le plus souvent choisissent l'histoire qui leur a plu pour en monter quelques scènettes lors d'une fête ou d'un évènement important. Le dernier Noël à la casa fut surprenant, très beau et rempli d'émotion !! suite à cette "légende" racontée par l'Administratrice, les enfants ont insisté pour représenter la naissance de Jésus en plusieurs tableaux.

Noël 1995

L'atelier d'informatique s'est enquis du modèle des vêtements portés à l'époque, Sylvia a découvert des tissus colorés au marché pour une poignée de bolivianos.

L'atelier de couture s'est mobilisé pour créer chacun des costumes. Les éducateurs et les élèves les plus doués et les plus imaginatifs ont réalisé des merveilles. La fête est une réussite totale.

L'atelier de bricolage a confectionné tous les petits cadeaux qu'on s'offrira à minuit.

Les enfants s'appliquent à apprendre, à fabriquer de leurs mains, à sortir des problèmes scolaires. Ils devront vivre de ce que les éducateurs de la "Casa" leur inculquent.

On ne fait pas travailler des enfants, c'est un droit qu'ils ont d'être des enfants mais les petits ateliers ( comme à l'école ), qu'ils fréquentent selon leurs propres choix, les conduisent déjà à faire le pain, à coudre, à lire et à écrire.

Ils aiment la musique et les danses folkloriques. Ils font de l'informatique, ils apprennent aussi à maçonner, à travailler le bois et pour les plus grands, une machine à tisser sera installée dans le nouveau bâtiment.